Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Histoire

  • Ali Primera : El Cantor del Pueblo

    Ali Primera avait pour d'habitude de se consacrer à la lutte pour le peuple, de chanter pour les masses populaires, et à entretenir une impressionnante solidarité avec celle qu'il appelait « La Patria Buena ».

    Il affronte de nombreuses pressions, ainsi que plusieurs attentats contre sa personne (dont le jet d'une grenade lacrymogène dans son appartement).

    Il meurt le 16 février 1985, dans un accident de la route sur l'Autopista Valle-Coche de Caracas (accident ou meutre ?), alors qu'il rentrait d'une séance d'enregistrement de son prochain disque. .

    Biographie

    Alí Rafael Primera Rosell a eu pour parents Antonio Primera et Carmen Adela Rossell. Son père fut tué lorsqu'il avait trois ans, au cours d'une fusillade provoquée par une tentative d'évasion de prisonniers de la prison de Coro.

    Alí Primera accompagne alors sa mère et ses deux frères dans diverses villes tout en continuant ses études, Alí Primera exerce de nombreux métiers, de cireur de chaussures à boxeur.

    En 1960 il déménage avec sa famille à Caracas où il est inscrit au Liceo Caracas. En 1964, après avoir obtenu son baccalauréat, il intègre l'Université Centrale du Venezuela, où il étudie la chimie. Il démarre simultanément une carrière d'auteur-compositeur, d'abord comme passe-temps, puis à temps complet. Ses deux premières chansons, Humanidad et "No basta rezar" (cette dernière est présentée au Festival de la Canción de Protesta organisé en 1967 par l'Université des Andes en Colombie) lui apportent rapidement une certaine notoriété.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Artiste : Ali Primera, Chansons, Compositeur, Coup de coeur, Histoire, Monde, Musique, Politique Pin it! 0 commentaire Imprimer
  • Aziza Brahim. Le poing et la voix

    par Laura Hunter

    Aziza Brahim marche dans les pas des femmes qu’elle a vues, enfant, porter à bout de bras la société sahraouie.  Guillem Moreno

    Engagée pour l’indépendance de son pays, le Sahara occidental, la chanteuse incarne à la fois la tragédie et les espoirs de nombreux réfugiés dans le monde.
    Elle porte le voile, a choisi une chanson de Jimi Hendrix comme sonnerie sur son portable, veut qu’on la tutoie et joue du tabal, une percussion du Sahara occidental réservée aux femmes. Petite-fille de la poétesse sahraouie renommée Ljadra Mint Mabrouk, l’auteure-interprète Aziza Brahim suit les traces de son aïeule et brise les clichés.

    Considérée comme la chanteuse la plus importante de son pays, elle en est aussi une fervente défenseure. Luttant sur scène, sur le terrain des mots et des émotions, l’artiste dénonce de sa voix claire et puissante la violence et la torture ¬subies par le peuple du Sahara occidental et par tous les réfugiés du monde. Bercées par des tendres mélodies qui rappellent les blues malien et gitan et servies par des musiciens d’exception, les paroles d’Aziza Brahim sont un poing levé dans un gant de velours qui ne laissent pas indemne. La musicienne était à Genève le mois dernier pour un concert unique à l’AMR devant une salle aussi comble que comblée.

    Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA   Traduire français en Portuguese   Traduire français en Russian   Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic   Traduire français en danish Traduire français en Greek

    Rencontre...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Artiste : Aziza Brahim, Chansons, Histoire, Résistante Pin it! 0 commentaire Imprimer
  • DE ANNE FRANK A ANNA DE DANIEL GUICHARD

    Anne Frank, auteure du célèbre journal éponyme a été arrêtée le 4 août 1944.

    Déportée, elle décédera dans un camp. Son oeuvre lui survit. Plus qu'un journal, c'est un mythe. «Le Journal d'Anne Frank» est un monument de la littérature contemporaine.

    Un texte vibrant et émouvant sur le quotidien d'une jeune fille juive ayant fui l'Allemagne pour les Pays-Bas et qui a vécu dans la clandestinité avec sa famille pendant deux ans.

    Composée par Pascal Danel, Daniel Guichard a retracé sa vie dans une magnifique chanson : Anna

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Artiste : Daniel Guichard, Chansons, Histoire, Musique, Politique Pin it! 0 commentaire Imprimer
  • UN HYMNE A LA LIBERTE ET A LA JEUNESSE TUNISIENNE

    A ne pas manquer, "A peine j'ouvre les yeux", le premier film de Leyla Bouzid, un film qui fait du bien en cette fin d'année difficile et violente, parce que la cinéaste signe, en musique, un véritable hymne à la liberté, l'hymne de toute une partie de la jeunesse arabe.

    A Tunis, en 2010, Farah, qui vient d'obtenir une mention au baccalauréat, vit seule avec sa mère. Celle-ci voudrait qu'elle devienne médecin mais la jeune fille ne rêve que de musique. Avec son groupe de rock, elle prend des risques en chantant des paroles qui dressent un portrait peu flatteur des dirigeants du pays. Elle est un peu insouciante quand elle se produit, avec ses amis, dans un bar rempli d'hommes. Sa mère craint pour sa sécurité et la rappelle à l'ordre. Mais Farah est une rebelle. Un jour, Bohrène, son petit ami, arrive en retard à une répétition. La veille, il a été arrêté et brutalisé par la police...

    Acteurs : Baya Medhaffer, Ghalia Benali, Montassar Ayari, Lassaad Jamoussi, Aymen Omrani, Deena Abdelwahed, Youssef Soltana, Marwen Soltana, Najoua Mathouthi, Younes Ferhi, Fethi Akkari, Salwa Mohamed
     
     
    Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Chansons, cinéma, Coup de coeur, Histoire, Monde, Musique, Politique Pin it! 0 commentaire Imprimer
  • QUAND UN SOLDAT, LA CHANSON INTERDITE !

    lemarque.jpgQuand un soldat est une chanson datée de 1952, écrite par Francis Lemarque (1917-2002), qui signe à la fois les paroles et la musique et interdite quasi immédiatement par le Gouvernement.

    La censure intervient en 1953 à un moment où l'armée française très engagée sur la guerre d'Indochine est dans une mauvaise passe face à la guérilla livrée par les populations locales contre les forces françaises, qui connaissent des problèmes en hommes et en moyens.

    Ces faits seront suivis de la défaite de la France en 1954.

    Deux titres sont particulièrement visés à cette époque : Quand un soldat et Le Déserteur de Boris Vian sorti en 1954.

    Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Chansons, Compositeur, Histoire, Politique Pin it! 0 commentaire Imprimer
  • La chanson de Craonne

    Chanson anonyme écrite sur la musique de "Bonsoir m'amour" (Adelmar ou Charles Sablon, le père de Germaine) et à laquelle on doit sans doute le succès de cette valse dont les paroles, aujourd'hui, font presque sourire.

    Son texte recueilli par Paul Vaillant-Couturier (1892-1937), avocat puis journaliste, rédacteur en chef de l'Humanité, député communiste, qui, entré dans la guerre avec un certain enthousiasme, en sorti socialiste, revendicateur même mais surtout pacifiste. Sous-officier, en 1914, dans l'infanterie; il termina la guerre capitaine dans les chars d'assaut non sans avoir été blessé, gazé, cité à l'ordre de la Nation mais aussi condamné cinq fois pour son action en faveur de la paix.

    Vivement condamné par les autorités militaires (qui offrirent une petite fortune à celui qui en dénoncerait l'auteur) elle fut connue sous plusieurs noms dont : "Les sacrifiés", "Sur le plateau de Lorette" et "La chanson de Lorette".

    Elle demeure, aujourd'hui la chanson-type de l'antimilitarisme mais elle a été depuis dépassée par plusieurs autres. Il suffit à cet égard de citer  "Quand un soldat" de Francis Lemarque (1953) ou encore le très célèbre "Déserteur" de Boris Vian (1954).

    Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Chansons, Histoire, Musique Pin it! 0 commentaire Imprimer
  • Niger. Leyla Gouzayé, celle 
à qui on n’imposera plus de mariage forcé

    Aujourd’hui, l’union scellée sans son consentement et les violences psychologiques sont derrière cette jeune nigérienne qui a repris 
des études, tout en s’engageant contre une coutume patriarcale 
qui pèse sur une grande partie des adolescentes.

    « Pour devenir autonome et libre, il faut être instruite et avoir un métier. » Ce n’est pas une réflexion en l’air mais sa marche à suivre, sa perspective. Sa devise pour exister. Leyla Gouzayé revient de loin. À à peine vingt ans, cette Nigérienne porte toujours sur son visage, dans son regard les stigmates d’une vie amère. Il lui a fallu du temps pour se débarrasser du statut de victime, au fil des rencontres qui lui ont permis de se forger une mentalité de battante.

    Aujourd’hui, son mariage forcé, les violences psychologiques à son encontre semblent derrière elle. Seules comptent désormais la réussite de ses études, la fierté d’annoncer son passage en troisième dans un établissement de la deuxième chance et sa place de troisième bonne élève de la classe. Une gageure pour cette jeune femme qui a dû abandonner sa scolarité cinq années durant. « Dès que l’on m’a mariée, c’en était fini de l’école », murmure-t-elle.

    « Mon oncle est venu informer maman de mes futures noces. Elle n’était pas d’accord. Ni mon père, qui ne pouvait pas contester la décision de son frère aîné. Je savais que si je refusais, ma mère subirait la foudre de la famille côté paternel. » Elle avait quatorze ans. C’était une enfant. On l’a forcée à devenir trop tôt une femme. Une femme bafouée, oppressée. Une femme répudiée.

    Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Chansons, Histoire, Monde, Politique, Social Pin it! 0 commentaire Imprimer
  • La révolte des canuts de Lyon

    Le 22 novembre 1831 éclate sur la colline de la Croix-Rousse, au nord de Lyon, la révolte des canuts. La révolte se propage dans tous les quartiers ouvriers de la métropole. Les insurgés prennent pour emblème le drapeau noir et la devise : « Vivre en travaillant ou mourir en combattant ».

    Victimes de l'enrichissement de la bourgeoisie

    On est au début de la Révolution industrielle... Le mot paupérisme, importé d'Angleterre en France en 1822, exprime le sentiment général que l'enrichissement de la bourgeoisie se paye de l'appauvrissement de la classe ouvrière.

    À Lyon, les canuts, dont le nom vient du mot canette, ou bobine, sont des artisans qui tissent la soie à domicile sur leur propre métier à bras. Ils travaillent pour le compte des soyeux (les patrons négociants) qui leur fournissent la matière première et récupèrent le produit fini. Ils sont environ 6000 artisans et emploient 30.000 compagnons.

    Le revenu des uns et des autres, 18 sous environ pour quinze heures de travail par jour, ne permet qu'une vie de misère. Du fait de métiers à tisser beaucoup plus productifs qu'auparavant, comme le métier Jacquard, et en dépit d'une demande soutenue, ce revenu est deux fois moindre que sous le Premier Empire !

    Les canuts font appel au préfet du département, Louis Bouvier-Dumolart, et obtiennent qu'une commission paritaire fixe un tarif minimum. Le préfet fait ensuite afficher dans la ville la déclaration suivante : « Si par exception quelques ouvriers honnêtes ont encore des griefs à faire redresser, les voies légitimes leur sont ouvertes, et ils sont assurés d'y trouver une bienveillante justice ». Mais en recevant les délégués ouvriers, il a enfreint la loi Le Chapelier (1791) qui interdit les associations ouvrières et cela lui vaut d'être désavoué par Paris.

    Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Chansons, Histoire, Politique Pin it! 0 commentaire Imprimer
  • El paso del Ebro

    El paso del Ebro, également connue sous le titre ¡Ay, Carmela!, est une chanson populaire espagnole, née en 1808 dans la Guerre d'indépendance espagnole contre Napoléon Ier.

    Elle est reprise plus tard par les soldats républicains et par les volontaires des Brigades internationales pendant la Guerre civile 1936-1939), avec notamment sa variante Viva la Quince Brigada.

    LES BRIGADES INTERNATIONALES

    capa1.jpgExtraits émouvant du discours de Dolores Ibarruri (La Pasionaria) à l'occasion du départ des Brigades Internationales

    "Mères ! Femmes ! Lorsque les années auront passé et que les blessures de la guerre seront cicatrisées ; lorsque le souvenir des jours de détresse et de sang se sera estompé dans un présent de liberté, d'amour et de bien-être ; lorsque les rancœurs seront mortes et que tous les espagnols sans distinction connaîtront la fierté de vivre dans un pays libre, alors, parlez à vos enfants. Parlez leur des hommes des Brigades Internationales.

    Dites-leur comment, franchissant les océans et les montagnes, passant les frontières hérissées de baïonnettes, épiés par des chiens dévorants avides de déchirer leur chair, ces hommes sont arrivés dans notre pays comme des croisés de la liberté. [...]
    Ils abandonnèrent tout : tendresse, patrie, foyer, fortune, mères, épouses, frères, sœurs et enfants, et vinrent nous dire : Nous voici. Votre cause, la cause de l'Espagne, est la nôtre. C'est la cause de toute l'humanité éprise de progrès !

    Aujourd'hui, ils s'en vont. Beaucoup d'entre eux, des milliers, restent ici, avec comme linceul, la terre espagnole, et tous les espagnols se souviennent d'eux avec une émotion profonde. [...]

    Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Chansons, Histoire, Musique Pin it! 1 commentaire Imprimer